Global School International

ET SI ON REPENSAIT LA FORMATION EN AFRIQUE ?

article_1

Beaucoup de pays africains connaissent un développement de leur économie, avec pour certains des taux de croissance que peu de pays occidentaux connaissent. Pourtant, la question de l’emploi, et notamment celle des populations les plus jeunes, reste critique dans nombre d’entre eux. On ne peut donc que constater le paradoxe : des entreprises (industrielles ou de service) ou des secteurs qui se développent mais qui peinent à recruter les profils adéquats, alors que le nombre de demandeurs d’emploi reste dramatiquement élevé et ne baisse pas, et souvent même au sein des populations les plus diplômées.

Bien entendu, tous les pays africains ne peuvent être comparés et de nombreuses disparités existent. De la même façon, certains problèmes rencontrés sont peu différents de ceux des pays occidentaux. Dans tous les cas, force est de constater que les méthodes, les approches et les outils à l’œuvre fonctionnent mal pour répondre à la question de la disponibilité en quantité et en qualité d’une main d’œuvre qualifiée, en réponse aux besoins réels de compétences des entreprises qui recrutent.

De multiples analyses pointent les raisons habituelles de ce décalage entre demande de main d’œuvre et offre de compétences en Afrique de l’Est et du Nord (absence de coordination / morcellement entre les politiques, inadéquation des programmes et de la pédagogie, absence de savoirs faire pratiques du fait de formateurs eux-mêmes mal formés ou d’équipements pédagogiques vieillissants et inadaptés, participation limitée du secteur privé aux dispositifs de formation, manque d’attractivité des filières techniques face aux universités,…). Les pouvoirs publics tentent, peu ou prou, avec plus ou moins de méthode et au gré des aléas démocratiques, de s’atteler à la résolution de ces problèmes.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *